Ecclésiastiques morts en 39-45 dont le nom a été donné à des rues d'Asnières ou de Bois-Colombes.

fusillés, assassinés ou morts pendant les combats

 

Abbé Jean Glatz (1901 - 1940)

notice établie par la municipalité pour les journées du patrimoine :
Jean-Pierre-Louis Glatz naît le 3 juin 1901 à Paris. À 12 ans, il arrête ses études et devient coursier, puis employé de bureau, avant de succéder à son père comme menuisier dans une fabrique de chaises. Membre de la conférence Saint-Vincent-de-Paul dont il anime les patronages, il entre en 1927 au séminaire des vocations tardives. Il est ordonné le 29 juin 1934 et est nommé vicaire à Saint-Joseph-des-Quatre-Routes à Asnières. Il est à la fois responsable du patronage et de la première année de catéchisme, animateur de colonies de vacances et de l'équipe de la Jeunesse ouvrière chrétienne française (JOC). Le 1er septembre 1939, il est mobilisé et affecté au 43eme régiment d'infanterie coloniale, dont il est nommé aumônier en 1940. Il sera tué le 23 mai 1940 en allant administrer les derniers sacrements à un blessé sur le champ de bataille

Le Conseil municipal de Bois-Colombes, par délibération du 4 juillet 1947 donna son nom à la rue de la Renaissance, ouverte en 1886 dans le quartier des Chambards.

Biographie par Jean de Mallmann : "Sur les traces du pauvre d'Assise : l'abbé Jean Glatz" (Paris, 1946). L'abbé Jean Glatz voit sa mémoire célébrée par une rue à Asnières et une à Bois-Colombes.

 

Révérend père Corentin Cloarec (1894 - 1944)

Le père Corentin Cloarec, franciscain du couvent de la rue Marie-Rose à Paris, soutenait un groupe de résistants, ce qui le fit repérer par la Gestapo. Il n'a pas été à proprement parler fusillé mais abattu le 28 juin 1944 par la police allemande, qui s'était présentée à son couvent et l'avait fait appeler au parloir.

L'émotion avait été considérable dans toute la région parisienne, aussi son nom fut donné à plusieurs rues dont une à Bois-Colombes et une à Coubevoie (outre celle de Paris).

page des Francsiscains

 

Révérend père Christian Gilbert

Wikipedia nous apprend : chef de réseau pendant la Résistance, trahi par les communistes, il est fusillé par les Allemands.

Une rue à Asnières.

 

lien

article wikipedia résistance spirituelle

 
 

mon site photo mon site sur les parcs de la fin XVIIIème usgbflagto photography
Accueil Plan des pages perso

 
©   D. Césari   contact - Mise à jour le 5 septembre 2015